Quand je me suis réveillée ce matin, je ne me suis pas pressée. Une journée de congé s'offrait à moi. Comment allais-je occuper cette journée rien que pour moi? Une fois que Simon était parti à l'école, je me suis préparée pour aller me balader avec Pataud. Une balade rien que pour lui, rien que pour moi, moi et le silence de la campagne de bon matin. 

DSC02347

Alors que je passais à côté d'arbres, j'ai vu une buse quitter la branche de l'un d'entre eux. Le cadavre d'une tourterelle tombait juste devant moi, il ne lui restait que les ailes, intactes... La nature est parfois si cruelle. 

DSC02324

Il a commencé à pleuvoir et dans ce silence absolu, j'ai alors pu entendre le son des gouttes qui tombaient sur l'herbe, les arbres, les feuilles... Douce mélodie. Je n'ai pas accéléré le pas même si je n'avais pas prévu des vêtements adaptés à ce temps. En revanche, il m'a fallu faire très attention à l'endroit où se posaient mes pieds, le chemin était envahi d'escargots.

DSC02333

DSC02339

Lorsque je suis arrivée dans le village voisin, Pataud s'est mis à tirer sur sa laisse, il voulait m'emmener près d'un grillage. Il avait repéré une portée de chatons, des noirs et des blancs et roux. Ils se sont tous mis à miauler. Il a suffit qu'un petit noir se mette à courir (comme il pouvait) vers nous pour que tous les autres le suivent. Ils n'ont pas pu accéder au grillage avec la butée qu'ils devaient escalader et heureusement, s'ils avaient trouvé le moyen de sortir de ce jardin, ils auraient pu se retrouver sur la route et je ne me voyais pas revenir chez moi avec six chatons!

Nous avons donc continué notre promenade et sommes arrivés sur un chemin où nous n'allons pas souvent mais là, j'étais seule, j'avais le temps, la pluie s'était arrêtée. Quand j'ai vu Pataud dans une pature où se trouvaient des vaches, je me suis mise à courir vers lui. J'ai eu peur, dans un premier temps, d'un mouvement de panique de la part des vaches mais finalement, celui qui avait le plus peur était mon chien. Il ne s'est pas approché d'elles, il râlait après elles mais ne s'aventurait pas plus près.

DSC02341

DSC02346

DSC02348

De retour dans notre village, j'ai accéléré le pas, le ciel devenait menacant et je rêvais d'un bon thé chaud.

DSC02350

DSC02353

C'est donc en compagnie de Bach que je me préparais ce thé et décidais de faire mes courses sur internet. Je suis allée les chercher après le déjeuner. Quand je suis revenue, mon coffre rempli, j'ai fait un petit crochet pour vérifier que les chatons allaient bien. Ils n'étaient plus là ou peut-être dormaient-ils. J'étais rassurée de ne pas les voir sur la route.

Quand je suis allée chercher Simon à l'école, il a foncé droit sur le frigidaire, il adore le voir plein. Peut-être que ça le rassure ou peut-être qu'il trouve ça beau, toujours est-il qu'il adore ça. Et pendant que nous goûtions aux crêpes que j'avais pris le temps de faire dans l'après-midi, après une petite sieste, il me demandait de lui raconter à nouveau mes aventures pendant ma promenade du matin, même s'il les avait déjà entendu pendant notre déjeuner...

DSC02355