Mardi soir, alors que je prenais ma douche, j'entendais Simon me crier, depuis le salon, ce que j'ai pris pour des mots d'amour. Je lui ai donc répondu "moi aussi je t'aime pour la vie mon chéri!" Il est arrivé dans la salle de bain, sourire aux lèvres : "mais j'ai pas dis ça, j'ai dit : je saigne des deux narines!" Effectivement, rien à voir et nous voilà partis, tous les deux, dans un fou rire incontrôlable. Evidemment, rien de grave pour son nez, juste des petites croûtes. J'aime tellement ces moments de complicité avec lui. Je trouve qu'il a de l'humour et parfois très subtil pour un enfant de son âge. Je ne rigole jamais pour lui faire plaisir, non, je le trouve vraiment drôle et rigole de bon coeur à ses plaisanteries. Il y a aussi des moments de douce complicité, comme lorsqu'il passe sa petite main sur mon visage ou lorsqu'il me caresse les cheveux pendant que je lui lis l'histoire du soir. Et combien de fois aussi je le vois comparer deux parts de gâteau pour me donner la plus grosse comme si c'était à lui de faire attention à moi. J'aime aussi quand il m'appelle parce qu'il sait que j'aime la chanson qui passe à la radio ou parce qu'il y a un beau coucher de soleil, "Maman, le ciel est tout rose, viens avec ton appareil photo!" Quand je monte pour le coucher, il y a toujours ce même rituel, une histoire, une prière, un câlin. Il y a toujours aussi une petite anecdote de la journée à raconter et lorsque je descends pour le laisser s'endormir seul, j'aime l'entendre me dire qu'il m'aime et me souhaiter une bonne nuit, "tu vas bloguer ce soir? Alors bon blog!"

DSC02465

DSC02467

DSC02469

DSC02470

DSC02471