Samedi, après avoir fêté l'anniversaire de son cousin l'après-midi, Simon était invité à dormir chez un copain. C'était la première fois et je sais que ça ne sera pas la dernière... Une fois seule à la maison, je me suis surprise à penser à moi, petite fille qui partait jouer chez des copines et parfois même dormir. Je me suis souvenue de cette amie qui habitait dans la même rue et chez qui j'aimais aller. Ses parents étaient professeurs et avaient trois enfants. Fabienne était la petite dernière, comme moi. Son frère et sa soeur étaient bien plus vieux que nous. Leur maison était simple, accueillante et chaleureuse. Quand j'y rentrais, je trouvais toujours sa grand-mère dans la cuisine en train d'éplucher des pommes pour finaliser sa tarte ou en train de préparer le repas du soir avec les légumes du potager. Ca sentait toujours bon. Il y avait un piano dans le salon sur lequel la soeur de Fabienne faisait ses gammes. Le salon, comme les chambres d'ailleurs, étaient remplis de livres. Il y avait des coussins et des couvertures pour s'installer sur le tapis devant la cheminée, afin de regarder la télé confortablement. Je me souviens avoir regardé là-bas Beetlejuice. Ce film me faisait peur et je crois que même aujourd'hui, je n'ai jamais réussi à dire trois fois de suite son nom... La maison était en hauteur par rapport à son jardin. Nous devions passer par la terrasse de derrière, avec une vue imprenable sur les champs et les bois, pour y descendre. Ses parents lui avaient installé une cabane comme celle que beaucoup utilisent pour ranger le matériel de jardin. A l'intérieur était aménagé une vraie petite maison avec toujours des livres et des coussins. Dans le plus grand arbre du jardin, son père avait fabriqué une balançoire. Il y avait aussi un petit muret en pierre et derrière un immense potager bien entretenu. Je me souviens de notre envie d'aller zigzaguer dans ses allées et de visiter les bâtiments tout au fond mais son père était formel, interdiction de franchir le muret. Alors, à la place, nous partions à la recherche d'escargots pour en faire un élevage avant que sa grand-mère nous appelle du haut de la terrasse pour venir manger notre goûter, du pain avec du beurre et un carré ou deux de chocolat... Petite madeleine de Proust... Cette maison est au bout de ma rue et chaque matin, lorsque je pars travailler, je me retrouve face à elle et à chaque fois, je ne me lasse pas de la regarder et d'imaginer comment elle a pu évoluer. Est-ce que le potager est toujours entretenu? Est-ce que la mère de Fabienne cuisine aussi bien que sa grand-mère? Est-ce qu'il y a encore la balançoire dans l'arbre pour les petits-enfants? Peut-être qu'un jour j'aurais l'occasion d'aller vérifier...

DSC03548

Ce matin, je suis partie chercher Simon à pied. Le froid me faisait pleurer mais le soleil m'aidait à l'oublier. J'ai eu envie d'aller dans les chemins avec Pataud mais les coups de fusil incessants m'ont fait changer d'avis. La chasse était encore ouverte et le soleil avait donné l'envie de sortir à d'autres. Ne prenons pas de risques surtout que Simon n'avait pas beaucoup dormi et avait besoin de se reposer. Après avoir fait les devoirs et déjeuné, je me suis mise à pâtisser. Un cake au citron et aux amandes, des scones, des feuilletés aux pommes et aux poires et pour finir une chantilly! Ma mère est passée nous faire un petit coucou et une amie avec sa fille sont également venues pour que les enfants ouvrent leurs cadeaux de Noël. Il était temps!

DSC03554

DSC03549

DSC03567

DSC03570

Lorsque nous nous sommes retrouvés seuls, Simon avait besoin de moi. Son weekend est passé vite et il ne m'a pas beaucoup vu. Nous nous sommes installés dans le canapé et il est venu se blottir dans mes bras. "Je t'ai déjà raconté quand j'allais chez ma copine Fabienne?"...

DSC03572