Vendredi matin, comme une folle envie, il fallait que j'aille chez le coiffeur. Rendez-vous pris pour le midi. J'y suis arrivée avec des cheveux ternes, longs, sans forme. J'en suis ressortie, ravie, avec une coupe de femme! Assez court pour sentir le vent caresser ma nuque et avec une couleur qui se rapproche de ma couleur naturelle, blond cendré. Je suis sortie le soir avec des amies, ciné, resto et un dernier verre pour deux d'entre nous. J'ai envié mon amie qui voulait rentrer chez elle, auprès de ses enfants et de son homme. J'ai passé une bonne soirée, du début à la fin. Ca m'a fait du bien de passer du temps entre filles, de se raconter nos petits secrets, de rire.

Le samedi, je suis également sortie mais là, c'était une toute autre histoire. J'ai retrouvé des amis dans un bar. Il y avait un concert, l'endroit était rempli et l'alcool coulait à flot. J'étais dans un bar me diriez-vous mais quand on reste sobre et que les gens autour non, il y a comme un décalage... Je me suis demandée, à plusieurs reprises, ce que je faisais là. Mais je ne pouvais pas partir, j'étais venue accompagnée et je devais attendre cette personne pour la ramener chez elle. Je ne pouvais pas la laisser là, entourée de ces drôles de gens. Comme la veille, un ami nous a laissé en cours de soirée pour rentrer chez lui retrouver sa femme et sa fille. Comme il avait raison quand il me disait qu'il n'était pas à sa place là et qu'il était bien mieux chez lui. Comme j'aurais aimé aussi rentrer chez moi retrouver mari et enfants. Après réflexion, si j'avais eu un homme dans ma vie, je ne me serai pas retrouver dans cet endroit. J'ai quand même dansé un peu mais au moment des slows, je suis sortie. Je ne voulais absolument pas me retrouver dans les bras d'un homme qui aurait eu les mains baladeuses à cause de l'alcool. J'ai vu des hommes que je savais en couple, flirter aves des femmes qui n'étaient pas les leurs. J'ai vu des femmes passer de bras en bras et ne pas savoir se décider quel homme choisir pour au final, n'en choisir aucun. J'ai vu des femmes habillées d'une telle façon que je me suis sentie grand-mère dans mon jean, mon tee-shirt et mon gros gilet. Mais je préfèrais largement mes goûts vestimentaires et ma façon d'être que la leur. C'était donc ça la vie de célibataire? C'était donc ça la valeur des couples d'aujourd'hui? Autant être seule. J'ai repensé à ceux qui avaient préféré rentrer chez eux. Je sais que j'aurais réagi de la même manière qu'eux et je me suis sentie comme une extraterrestre parmi les gens qui m'entouraient.Je ne voulais pas être témoin de ces comportements et quand je l'ai fait savoir, on m'a répondu qu'il n'y avait rien de mal... J'ai pensé à mon fils et je me suis rappelée combien j'aimais ces soirées rien que nous deux à la maison, combien j'étais devenue casanière, combien le monde en dehors de notre cocon m'effrayait. Je voulais rentrer mais n'arrivais pas à convaincre la personne que j'attendais et qui continuait de boire, "bah attends, le bar ne ferme pas encore!" C'est à trois heures que j'ai pu enfin espérer rentrer chez moi. Une fois seule dans la voiture, j'ai mis ma musique, du classique. Respiration profonde, soulagement... C'était fini.

DSC03673

DSC03676

DSC03677

Aujourd'hui, j'ai reçu un message : "très bonne soirée hier mais un peu mal à la tête ce matin!". Pas moi. Moi je suis juste fatiguée et un peu écoeurée de la nature humaine. Ma tête va très bien et je n'ai pas eu envie de répondre à ce message. Aujourd'hui, j'ai juste envie d'être chez moi et d'oublier le monde de dehors. Alors j'ai cuisiné en écoutant Beethoven. J'ai lavé mes affaires de la veille qui sentaient la cigarette et la bière. Même mon manteau avait reçu de la bière, mon sac, mon écharpe... Je me souviens encore de la sensation désagréable de la bière froide qui coulait dans mon dos à cause d'un homme imbibé qui était venu me parler... Non non, j'ai dis que j'oubliais cette soirée... Alors, j'ai fait cuire mes endives, j'ai préparé un risotto tomate/poulet et une compote de pommes et j'ai fait une tarte courgette/tomate/chèvre. Le chant de ma cuisine m'a permis de m'évader, l'eau qui bouillonnait, l'huile qui chauffait et les oignons qui crépitaient dans la poêle. J'ai passé presque trois heures dans ma cuisine. Ma maison sent bon et mes repas sont prêts pour la semaine à venir, dernière avant un départ au ski, en famille. Ce soir, je vais prendre un bain, je vais allumer des bougies, je vais regarder un bon film et je sais que je vais me sentir bien chez moi, à ma place...

DSC03666

DSC03672

DSC03679