22 janvier 2017

Madeleine de Proust

Samedi, après avoir fêté l'anniversaire de son cousin l'après-midi, Simon était invité à dormir chez un copain. C'était la première fois et je sais que ça ne sera pas la dernière... Une fois seule à la maison, je me suis surprise à penser à moi, petite fille qui partait jouer chez des copines et parfois même dormir. Je me suis souvenue de cette amie qui habitait dans la même rue et chez qui j'aimais aller. Ses parents étaient professeurs et avaient trois enfants. Fabienne était la petite dernière, comme moi. Son frère et sa soeur étaient bien plus vieux que nous. Leur maison était simple, accueillante et chaleureuse. Quand j'y rentrais, je trouvais toujours sa grand-mère dans la cuisine en train d'éplucher des pommes pour finaliser sa tarte ou en train de préparer le repas du soir avec les légumes du potager. Ca sentait toujours bon. Il y avait un piano dans le salon sur lequel la soeur de Fabienne faisait ses gammes. Le salon, comme les chambres d'ailleurs, étaient remplis de livres. Il y avait des coussins et des couvertures pour s'installer sur le tapis devant la cheminée, afin de regarder la télé confortablement. Je me souviens avoir regardé là-bas Beetlejuice. Ce film me faisait peur et je crois que même aujourd'hui, je n'ai jamais réussi à dire trois fois de suite son nom... La maison était en hauteur par rapport à son jardin. Nous devions passer par la terrasse de derrière, avec une vue imprenable sur les champs et les bois, pour y descendre. Ses parents lui avaient installé une cabane comme celle que beaucoup utilisent pour ranger le matériel de jardin. A l'intérieur était aménagé une vraie petite maison avec toujours des livres et des coussins. Dans le plus grand arbre du jardin, son père avait fabriqué une balançoire. Il y avait aussi un petit muret en pierre et derrière un immense potager bien entretenu. Je me souviens de notre envie d'aller zigzaguer dans ses allées et de visiter les bâtiments tout au fond mais son père était formel, interdiction de franchir le muret. Alors, à la place, nous partions à la recherche d'escargots pour en faire un élevage avant que sa grand-mère nous appelle du haut de la terrasse pour venir manger notre goûter, du pain avec du beurre et un carré ou deux de chocolat... Petite madeleine de Proust... Cette maison est au bout de ma rue et chaque matin, lorsque je pars travailler, je me retrouve face à elle et à chaque fois, je ne me lasse pas de la regarder et d'imaginer comment elle a pu évoluer. Est-ce que le potager est toujours entretenu? Est-ce que la mère de Fabienne cuisine aussi bien que sa grand-mère? Est-ce qu'il y a encore la balançoire dans l'arbre pour les petits-enfants? Peut-être qu'un jour j'aurais l'occasion d'aller vérifier...

DSC03548

Ce matin, je suis partie chercher Simon à pied. Le froid me faisait pleurer mais le soleil m'aidait à l'oublier. J'ai eu envie d'aller dans les chemins avec Pataud mais les coups de fusil incessants m'ont fait changer d'avis. La chasse était encore ouverte et le soleil avait donné l'envie de sortir à d'autres. Ne prenons pas de risques surtout que Simon n'avait pas beaucoup dormi et avait besoin de se reposer. Après avoir fait les devoirs et déjeuné, je me suis mise à pâtisser. Un cake au citron et aux amandes, des scones, des feuilletés aux pommes et aux poires et pour finir une chantilly! Ma mère est passée nous faire un petit coucou et une amie avec sa fille sont également venues pour que les enfants ouvrent leurs cadeaux de Noël. Il était temps!

DSC03554

DSC03549

DSC03567

DSC03570

Lorsque nous nous sommes retrouvés seuls, Simon avait besoin de moi. Son weekend est passé vite et il ne m'a pas beaucoup vu. Nous nous sommes installés dans le canapé et il est venu se blottir dans mes bras. "Je t'ai déjà raconté quand j'allais chez ma copine Fabienne?"...

DSC03572

Posté par CindyM à 22:43 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 novembre 2016

La douceur de l'imprévu

Vendredi soir, sur la route, en rentrant du travail, j'essayais d'imaginer ce qu'allait être notre weekend. Mon coffre était plein de courses. Je ne manquerai pas de faire un gâteau pendant ces deux jours. Simon allait pouvoir encore s'extasier devant notre frigo plein. Je ne savais même pas quel temps il allait faire. Je ne savais pas non plus comment j'allais pouvoir occuper Simon. A part son cours de catéchisme samedi matin, nous n'avions rien de prévu, un weekend à cocooner. Alors c'est ce que nous avons fait. Des bougies, des livres, des couvertures, des sourires, des jouets étalés dans le salon, des câlins... Nous avons également fait les devoirs et été à la messe du samedi soir. En rentrant, il était déjà tard, la nuit était tombée. Nous avons préparé un petit apéritif et allumé toutes les bougies du salon. Une journée à ne rien faire qui a quand même fait sombrer Simon dans un profond sommeil. J'ai eu beaucoup de mal à le déloger du canapé. J'ai dû le porter jusqu'à son lit. C'est de plus en plus difficile de le porter mais tant que je peux, j'en profite. Un jour, ça ne sera plus possible...

DSC03030

DSC03033

DSC03039

DSC03041

DSC03049

DSC03051

DSC03052

DSC03057

DSC03062

DSC03065

"Mais c'est le matin du bonheur!" m'a dit Simon lorsque j'ai ouvert les volets. Le ciel était bleu, le soleil brillait et en même temps, il faisait froid. Le temps idéal pour aller se promener dans notre campagne. Après le petit-déjeuner, nous nous sommes emmitouflés et nous sommes partis avec Pataud. L'odeur des cheminées fumantes des maisons nous chatouillait le nez. Une fois arrivés en pleine campagne, le froid nous piquait les doigts mais le soleil nous réchauffait le visage. Il faudra penser la prochaine fois à prendre des gants. Nous avons dû raccourcir le trajet habituel, les nuages gris commençaient à s'amonceler et Simon angoissait d'entendre les coups de fusil des chasseurs au loin. Pour une fois, il restait à mes côtés et me racontait ses histoires, ce qui n'était pas pour me déplaire. 

DSC03074

DSC03077

DSC03080

DSC03082

DSC03085

DSC03072

DSC03087

Sur le chemin du retour, nous avons entendu les cloches de l'église qui annonçaient midi. Pendant que je préparais le repas, Simon finissait ses devoirs. Nous serions tranquille après. Nous avons préparé un gâteau comme à notre habitude. Un dimanche sans l'odeur sucrée du gâteau qui gonfle dans le four ne serait pas un dimanche complet. C'est comme un rituel chez nous, surtout quand le vent souffle dehors. Nous avons bien fait d'aller nous promener dans la matinée, au moins, nous n'avons pas eu de vent. 

DSC03102

DSC03123

DSC03129

Le dimanche soir arrive doucement dans la chaleur de notre maison. Une fois mon message publié ici, je vais fermer mes volets, allumé mes bougies et toutes mes petites lampes, faire couler un bain pour Simon et préparer une soupe de légumes qui camouflera l'odeur du gâteau.

DSC03020

DSC03029

DSC03027

Posté par CindyM à 18:18 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 septembre 2016

Les weekends sans lui

Ce weekend, Simon était parti chez son père. Je n'avais rien de prévu, je n'avais pas le moral. Me retrouver seule, encore, tout un weekend. Rien ne me tentait, je n'avais aucune envie. Quand mon fils n'est pas chez moi, c'est comme si je n'étais pas complète, comme si il s'en était allé avec une partie de moi, je manque d'oxygène. Mais je garde en tête que ce n'est que trois jours alors je me reprends. C'est le moment de penser à moi. Samedi matin, me voilà donc partie avec ma mère dans les chemins pour aller cueillir des mûres. Une balade de presque deux heures, Pataud a pu bien profiter mais jamais trop loin de moi, la chasse est ouverte, le bruit de quelques coups de feu me l'a rappelé. 

DSC02446

DSC02447

DSC02456

DSC02452

DSC02448

Dans l'après-midi, j'ai fait un peu de ménage mais ma maison avait tellement été briquée la dernière fois qu'elle ne nécessitait pas un grand nettoyage. Tant mieux, je n'étais pas très motivée pour. Ensuite, j'ai cuisiné les mûres fraîchement cueillies du matin. J'ai raté mes muffins, je me suis alors rattrapée avec un gâteau. Je me suis assoupie dans un bain en me laissant bercer par Tchaikovsky et quand je me suis réveillée, la nuit était pratiquement tombée. Plus qu'une journée à l'attendre... Pataud aussi s'impatientait.

DSC02435

Ce matin, j'avais demandé à mes parents si je pouvais les accompagner à la messe. Lorsque j'ai commencé le catéchisme, j'étais obligée d'aller à la messe tous les dimanches matin. Une fois ma communion passée, j'ai arrêté de m'y rendre. C'est maintenant que le besoin se fait ressentir. Simon étant inscrit depuis cette année au catéchisme, nous avions décidé tous les deux d'aller au moins une fois par mois à la messe et finalement, même sans lui, j'y vais. Et ce matin, j'avais besoin d'y aller et j'ai découvert, en prime, une petite ville qui s'anime le dimanche matin. Un petit marché, les commerces ouverts, les gens en terrasse des cafés... Je me suis vue y revenir la semaine prochaine avec mon fils et y acheter des légumes de saison, des produits laitiers frais et pourquoi pas un bon pain en boulangerie, chose que je ne fais pratiquement jamais. Nous nous sommes arrêtés, sur le chemin du retour, dans un village voisin où se trouvait une brocante. Je n'ai pas fait d'achat cette fois. Lorsque je suis rentrée chez moi, le ciel s'était voilé. Dans l'après-midi, j'ai eu le temps d'apercevoir la pluie qui commençait à tomber juste avant de m'endormir dans mon canapé. C'est le froid qui m'a réveillée malgré la couverture qui me couvrait. Il était encore tôt alors je me suis motivée, j'ai préparé une soupe avec des légumes du potager de mon père et pendant qu'ils cuisaient, j'ai eu le courage de repasser. Ca y était, j'étais prête à accueillir mon fils, tout était fait, le ménage, le repassage et même notre souper. "Super de la soupe! Je vais encore grandir comme ça!", "Maman, je peux reprendre un muffin raté?" C'est bon, j'ai retrouvé le moral, il est là.

DSC02458

 

 

Posté par CindyM à 22:43 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 septembre 2016

Une pause au milieu de la semaine

Quand je me suis réveillée ce matin, je ne me suis pas pressée. Une journée de congé s'offrait à moi. Comment allais-je occuper cette journée rien que pour moi? Une fois que Simon était parti à l'école, je me suis préparée pour aller me balader avec Pataud. Une balade rien que pour lui, rien que pour moi, moi et le silence de la campagne de bon matin. 

DSC02347

Alors que je passais à côté d'arbres, j'ai vu une buse quitter la branche de l'un d'entre eux. Le cadavre d'une tourterelle tombait juste devant moi, il ne lui restait que les ailes, intactes... La nature est parfois si cruelle. 

DSC02324

Il a commencé à pleuvoir et dans ce silence absolu, j'ai alors pu entendre le son des gouttes qui tombaient sur l'herbe, les arbres, les feuilles... Douce mélodie. Je n'ai pas accéléré le pas même si je n'avais pas prévu des vêtements adaptés à ce temps. En revanche, il m'a fallu faire très attention à l'endroit où se posaient mes pieds, le chemin était envahi d'escargots.

DSC02333

DSC02339

Lorsque je suis arrivée dans le village voisin, Pataud s'est mis à tirer sur sa laisse, il voulait m'emmener près d'un grillage. Il avait repéré une portée de chatons, des noirs et des blancs et roux. Ils se sont tous mis à miauler. Il a suffit qu'un petit noir se mette à courir (comme il pouvait) vers nous pour que tous les autres le suivent. Ils n'ont pas pu accéder au grillage avec la butée qu'ils devaient escalader et heureusement, s'ils avaient trouvé le moyen de sortir de ce jardin, ils auraient pu se retrouver sur la route et je ne me voyais pas revenir chez moi avec six chatons!

Nous avons donc continué notre promenade et sommes arrivés sur un chemin où nous n'allons pas souvent mais là, j'étais seule, j'avais le temps, la pluie s'était arrêtée. Quand j'ai vu Pataud dans une pature où se trouvaient des vaches, je me suis mise à courir vers lui. J'ai eu peur, dans un premier temps, d'un mouvement de panique de la part des vaches mais finalement, celui qui avait le plus peur était mon chien. Il ne s'est pas approché d'elles, il râlait après elles mais ne s'aventurait pas plus près.

DSC02341

DSC02346

DSC02348

De retour dans notre village, j'ai accéléré le pas, le ciel devenait menacant et je rêvais d'un bon thé chaud.

DSC02350

DSC02353

C'est donc en compagnie de Bach que je me préparais ce thé et décidais de faire mes courses sur internet. Je suis allée les chercher après le déjeuner. Quand je suis revenue, mon coffre rempli, j'ai fait un petit crochet pour vérifier que les chatons allaient bien. Ils n'étaient plus là ou peut-être dormaient-ils. J'étais rassurée de ne pas les voir sur la route.

Quand je suis allée chercher Simon à l'école, il a foncé droit sur le frigidaire, il adore le voir plein. Peut-être que ça le rassure ou peut-être qu'il trouve ça beau, toujours est-il qu'il adore ça. Et pendant que nous goûtions aux crêpes que j'avais pris le temps de faire dans l'après-midi, après une petite sieste, il me demandait de lui raconter à nouveau mes aventures pendant ma promenade du matin, même s'il les avait déjà entendu pendant notre déjeuner...

DSC02355

 

Posté par CindyM à 22:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 avril 2016

Balade dominicale

"Maman, aujourd'hui, il fait beau et c'est ton dernier jour de vacances. On va se promener?" Quelle bonne idée! "On demande à Mamie pour venir?" Que de bonnes idées! C'est comme ça, avec ces paroles d'enfant, que ma journée a débuté. Enfin, le soleil était présent pour nous rechauffer un peu. J'ai éteint tous les radiateurs, j'ai ouvert les fenêtres en grand et les rayons du soleil ont pu entrer dans la maison. J'espère ne pas avoir à rallumer le chauffage, nous sommes quand même le 10 avril, il serait temps! Dans l'après-midi, nous sommes donc partis en balade. Simon n'avait pas du tout envie de rester enfermé. La balade a duré 2 heures. Pataud était heureux, libre, à courir dans tous les sens, à sentir toutes les odeurs qui se trouvaient sur son chemin. Il y avait des fleurs partout. Il faudra penser, sur le trajet du retour, à prendre le temps d'en cueillir quelques unes pour faire un joli bouquet champêtre.

DSC02173

DSC02165

DSC02170

DSC02171

DSC02162

Il y avait quand même un peu de vent. J'aime écouter le bruit qu'il fait dans les arbres. J'essayais de me concentrer pour l'écouter avant de le sentir sur ma peau. Quand il arrive de loin, on peut l'entendre dans les arbres ou dans les herbes hautes et une fois qu'il arrive sur nous, le sentir passer sous nos pulls et dans les cheveux et nous rafraîchir. Parfois j'y arrivais, parfois non. C'est ça de partir en balade avec des pipelettes!

DSC02192

DSC02181

Lors d'une pause dans un village voisin, Simon a fait la rencontre d'un petit chat. "Ca serait bien si Ubert était comme ça, sans tumeur". Effectivement, je vois mon chat, chaque jour, se battre contre cette maladie, cette tumeur qui grossit de jour en jour. Je le trouve fort et courageux et j'appréhende le jour où il ne pourra plus se battre. Le vétérinaire lui avait donné une espérance de vie de 6 mois, cela fait plus d'un an...

DSC02204

DSC02208

Lorsque nous sommes rentrés, nous avons mis nos fleurs dans l'eau. Nous avons encore un peu profité du jardin, du chant des oiseaux et du vol des hirondelles. Pourvu que ce temps perdure même si je reprends le travail demain. Le soleil fait tellement de bien au moral. 

DSC02213

DSC02130

Posté par CindyM à 22:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 mars 2016

Recherche et découverte

Aujourd'hui, nous avions besoin de branches afin de décorer, demain, notre maison pour Pâques. Ce n'est que dans deux semaines mais si nous voulons profiter de notre décoration, il faut bien s'y prendre maintenant! Nous voilà donc partis dans les chemins, sécateur à la main, accompagnés de ma mère et de Pataud. Le ciel était un peu voilé mais le soleil réussissait à percer quand même pour nous réchauffer un peu. Nous avons dû chercher un petit moment pour trouver les branches parfaites pour l'idée que j'avais en tête. 

DSC01645

DSC01646

Nous sommes tombés sur trois gros terriers, Pataud a dû être rappelé à l'ordre pour ne pas y entrer. J'aime imaginer que lorsque personne n'est là, sur le même chemin que nous avons emprunté aujourd'hui, se promènent des animaux si farouches qu'on ne les croise que rarement. Simon a pensé à un terrier de renard, moi, au vu de la grosseur du trou, à celui d'un blaireau. Nous pouvions laisser aller notre imagination, nous ne les croiserions jamais. Cela restera du domaine de rêve. La seule fois où nous avons croisé un animal sauvage, il s'agissait de deux chevreuils. Ils étaient loin de nous mais cela ne nous a pas empêché d'étre émerveillés par cette rencontre. 

DSC01648

DSC01651

Nous avons fait le tour du village voisin du nôtre et rencontré un coq et ses poules. Pataud a dû encore une fois être rappelé à l'ordre pour ne pas aller leur dire bonjour. De retour chez nous, nous avions encore envie de profiter du plein air. Simon a joué sur sa balançoire pendant que je coupais quelques fleurs.

DSC01655

DSC01657

DSC01659

DSC01658

Une fois rentrés dans la maison, nous avons eu envie de faire un petit gâteau avant les devoirs de Simon. Des pommes, du sirop d'érable, quatre mains et l'odeur du gâteau a envahi la maison. Cette odeur si réconfortante, si chaleureuse ne dure jamais assez longtemps à mon goût.

DSC01668

DSC01675

Notre journée s'est écoulée tranquillement, comme je les aime.

Posté par CindyM à 19:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 mars 2016

Le début

Pour ce premier message, j'ai pensé qu'une petite présentation serait la bienvenue. Je m'appelle Cindy, je suis la maman comblée d'un merveilleux petit garçon de 7 ans prénommé Simon. Nous vivons tous les deux dans notre maison à la campagne, entourés de nos animaux, Ubert notre chat qui malheureusement est en fin de vie à cause de ce cancer détecté il y a de cela un an et Pataud, notre chien de 2 ans.

Comme vous l'aurez compris, j'aime les animaux, la campagne et j'aime aussi cuisiner, me laisser aller à une petite sieste dans le canapé un dimanche pluvieux, regarder les oiseaux venir picorer les miettes de pain laissés sur le rebord de la fenêtre, me faire un bon thé qui réchauffe après une balade dans le froid, admirer un levé de soleil sur la route du travail en écoutant de la musique classique, m'allonger sous un arbre dont les feuilles sont légèrement secouées par une brise de printemps... Je me rends compte avec les années qui passent que j'aime également écrire alors pourquoi pas créer un blog!

Ici, je vous parlerai de notre petite vie tranquille, de cette campagne paisible où l'on aime nous promener, de ces après-midis pâtisserie, de ces journées ensolleillées qui passent tellement trop vite...

DSC01331

DSC01326

DSC01329

DSC01337

DSC01339

J'espère sincèrement que ce blog vous plaira et n'hésitez pas à me laisser des commentaires, je me ferais un plaisir de vous répondre.

 

Posté par CindyM à 16:04 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,