12 février 2017

A sa place

Vendredi matin, comme une folle envie, il fallait que j'aille chez le coiffeur. Rendez-vous pris pour le midi. J'y suis arrivée avec des cheveux ternes, longs, sans forme. J'en suis ressortie, ravie, avec une coupe de femme! Assez court pour sentir le vent caresser ma nuque et avec une couleur qui se rapproche de ma couleur naturelle, blond cendré. Je suis sortie le soir avec des amies, ciné, resto et un dernier verre pour deux d'entre nous. J'ai envié mon amie qui voulait rentrer chez elle, auprès de ses enfants et de son homme. J'ai passé une bonne soirée, du début à la fin. Ca m'a fait du bien de passer du temps entre filles, de se raconter nos petits secrets, de rire.

Le samedi, je suis également sortie mais là, c'était une toute autre histoire. J'ai retrouvé des amis dans un bar. Il y avait un concert, l'endroit était rempli et l'alcool coulait à flot. J'étais dans un bar me diriez-vous mais quand on reste sobre et que les gens autour non, il y a comme un décalage... Je me suis demandée, à plusieurs reprises, ce que je faisais là. Mais je ne pouvais pas partir, j'étais venue accompagnée et je devais attendre cette personne pour la ramener chez elle. Je ne pouvais pas la laisser là, entourée de ces drôles de gens. Comme la veille, un ami nous a laissé en cours de soirée pour rentrer chez lui retrouver sa femme et sa fille. Comme il avait raison quand il me disait qu'il n'était pas à sa place là et qu'il était bien mieux chez lui. Comme j'aurais aimé aussi rentrer chez moi retrouver mari et enfants. Après réflexion, si j'avais eu un homme dans ma vie, je ne me serai pas retrouver dans cet endroit. J'ai quand même dansé un peu mais au moment des slows, je suis sortie. Je ne voulais absolument pas me retrouver dans les bras d'un homme qui aurait eu les mains baladeuses à cause de l'alcool. J'ai vu des hommes que je savais en couple, flirter aves des femmes qui n'étaient pas les leurs. J'ai vu des femmes passer de bras en bras et ne pas savoir se décider quel homme choisir pour au final, n'en choisir aucun. J'ai vu des femmes habillées d'une telle façon que je me suis sentie grand-mère dans mon jean, mon tee-shirt et mon gros gilet. Mais je préfèrais largement mes goûts vestimentaires et ma façon d'être que la leur. C'était donc ça la vie de célibataire? C'était donc ça la valeur des couples d'aujourd'hui? Autant être seule. J'ai repensé à ceux qui avaient préféré rentrer chez eux. Je sais que j'aurais réagi de la même manière qu'eux et je me suis sentie comme une extraterrestre parmi les gens qui m'entouraient.Je ne voulais pas être témoin de ces comportements et quand je l'ai fait savoir, on m'a répondu qu'il n'y avait rien de mal... J'ai pensé à mon fils et je me suis rappelée combien j'aimais ces soirées rien que nous deux à la maison, combien j'étais devenue casanière, combien le monde en dehors de notre cocon m'effrayait. Je voulais rentrer mais n'arrivais pas à convaincre la personne que j'attendais et qui continuait de boire, "bah attends, le bar ne ferme pas encore!" C'est à trois heures que j'ai pu enfin espérer rentrer chez moi. Une fois seule dans la voiture, j'ai mis ma musique, du classique. Respiration profonde, soulagement... C'était fini.

DSC03673

DSC03676

DSC03677

Aujourd'hui, j'ai reçu un message : "très bonne soirée hier mais un peu mal à la tête ce matin!". Pas moi. Moi je suis juste fatiguée et un peu écoeurée de la nature humaine. Ma tête va très bien et je n'ai pas eu envie de répondre à ce message. Aujourd'hui, j'ai juste envie d'être chez moi et d'oublier le monde de dehors. Alors j'ai cuisiné en écoutant Beethoven. J'ai lavé mes affaires de la veille qui sentaient la cigarette et la bière. Même mon manteau avait reçu de la bière, mon sac, mon écharpe... Je me souviens encore de la sensation désagréable de la bière froide qui coulait dans mon dos à cause d'un homme imbibé qui était venu me parler... Non non, j'ai dis que j'oubliais cette soirée... Alors, j'ai fait cuire mes endives, j'ai préparé un risotto tomate/poulet et une compote de pommes et j'ai fait une tarte courgette/tomate/chèvre. Le chant de ma cuisine m'a permis de m'évader, l'eau qui bouillonnait, l'huile qui chauffait et les oignons qui crépitaient dans la poêle. J'ai passé presque trois heures dans ma cuisine. Ma maison sent bon et mes repas sont prêts pour la semaine à venir, dernière avant un départ au ski, en famille. Ce soir, je vais prendre un bain, je vais allumer des bougies, je vais regarder un bon film et je sais que je vais me sentir bien chez moi, à ma place...

DSC03666

DSC03672

DSC03679

Posté par CindyM à 17:32 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 février 2017

Nos retrouvailles

Ma semaine me parut longue et en même temps, je ne l'ai pas vu passer. Je me suis levée plus tôt tous les jours pour arriver de bonne heure au travail. Mes journées étaient bien chargées. J'en ai profité pour voir mon amie d'enfance, un soir. Nous avons mangé toutes les deux au restaurant juste après avoir été me faire masser dans un institut. C'était un cadeau d'anniversaire et je n'avais pas pris le temps pour le faire. J'ai aussi profité du calme à la maison. Pas de pression, pas d'horaire à respecter. Cette semaine, je n'ai pas râté les débuts de film comme d'habitude... Mais qu'est-ce qu'il m'a manqué... Pourtant, je devrais avoir l'habitude, il part quand même en vacances chez son père mais cette fois, ce n'était pas pareil... Est-ce qu'il était heureux? Est-ce qu'il n'avait pas de petit coup de cafard le soir? Est-ce qu'il arrivait à se débrouiller seul?

DSC03658

Il est rentré dans la nuit de samedi à dimanche. J'ai retrouvé un petit garçon épuisé mais tellement heureux de me retrouver. C'est lui qui m'a trouvé en premier, moi je le cherchais dans cette foule d'enfants. C'est seulement une fois dans mes bras que j'ai retrouvé mon souffle, mon oxygène, ma raison d'être... "Pataud va bien?" fut sa première phrase. Notre dimanche n'a été que câlin. Notre canapé fut notre refuge. De toute façon, dehors, il pleuvait, pas de regret! J'ai quand même dû m'occuper de sa valise, la machine à laver a tourné dans l'après-midi jusqu'à ne plus avoir de place sur le séchoir. Pendant que le déjeuner gratinait dans le four, j'ai préparé des croissants au chocolat et une pâte à crèpe. Nous n'avions pas pu fêter la chandeleur ensemble, nous nous sommes donc rattrapés. Notre journée s'est résumé à ça : linge, canapé, crèpes et surtout douceur. La douceur de sa petite main me caressant le visage, la douceur de son odeur, la douceur de la couverture qui nous réchauffait, la douceur des timides rayons du soleil qui apparaissaient tout à coup puis disparaissaient comme ils étaient venus, la douceur de ses mots pour m'expliquer combien je lui ai manqué,la douceur de ses compliments : "ta soupe est bien meilleure que celle que je mangeais là-bas!"

DSC03638

DSC03640

DSC03654

DSC03659

Oui, mon fils m'a manqué. Oui, j'ai pu profiter comme je le pouvais, comme je le voulais de cette semaine sans lui. Oui, j'aurais pu faire plus mais nous ne faisons pas toujours comme nous le voulons. Il faut aussi avoir les finances qui suivent et les amis disponibles. Je serai à nouveau seule à partir de jeudi soir, pendant huit jours. Alors, je me lèverai encore de bonne heure pour faire plus d'heures au travail, pour pouvoir les récuperer avec lui. Je verrai encore mon amie pour une sortie restaurant/cinéma. Je profiterai encore de la chaleur de ma maison, seule. Enfin... pas vraiment seule puisque Pataud est toujours dans les parages. Et quand Simon reviendra à la maison, nous partirons en famille, à la montagne, "je pourrais t'apprendre à skier Maman!"

DSC03625

Posté par CindyM à 21:14 - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 janvier 2017

Avant le départ

Et voilà, le mois de janvier touche à sa fin et arrive le moment tant attendu mais aussi tant redouté du départ au ski pour Simon avec son école. Demain, il prendra la route pour six jours à Samoëns. Par un heureux hasard, son père n'a pas pu le prendre ce weekend. Nous avons donc pu profiter de ces jours offerts pour préparer son départ et surtout pour passer du temps ensemble.

Samedi matin, nous avons emmené Pataud chez le vétérinaire pour ses vaccins. Un vrai parcours du combattant! Entre les autres chiens qu'il voulait aller voir et dont les propriétaires me regardaient d'un air bizarre, les poils qui volaient partout à cause de son énervement et les petites gouttes de pipi impossible à retenir à cause du stress, j'ai eu du mal à gérer... Mon pauvre chien se cachait derrière mes jambes pour ne pas que le vétérinaire ne l'approche. Heureusement, ce n'est qu'une fois par an! Une fois à la maison, tout est rentré dans l'ordre, Pataud était calmé. Déjà dans la voiture, rassuré, il s'était calmé. Nous avons mangé. Après avoir fait la vaisselle, je me suis installée à côté de Simon dans le canapé. Je me suis laissée porter par la fatigue et doucement, entourée des bruits de la maison, j'ai glissé dans le sommeil, bien au chaud sous la couverture, à côté du poêle allumé. Pendant ce temps, Simon s'est amusé avec l'appareil photo...

DSC03583

DSC03601

En fin d'après-midi, nous sommes partis au cinéma. Après la séance, Simon m'a rappelé que c'était le nouvel an chinois et nous sommes donc allés chercher ce qu'il fallait chez le traiteur. Est-ce parce que c'était le nouvel an chinois ou parce qu'elle nous a trouvé sympathiques que la gérante nous a offert des beignets à la pomme? "On n'a qu'à dire qu'elle nous aime bien, maman!"

Avant le dîner, nous avons été à la messe du samedi soir. Simon n'avait pas envie mais quand je lui ai dit que pour une fois, elle se déroulait dans l'église où j'allais petite fille, il a changé d'avis. Je lui expliquais comment c'était à l'époque, les peintures, l'emplacement de la chorale, le banc où je m'installais avec les autres enfants. "Tu diras à mamie que j'ai chanté!" Je n'ai pas regretté d'avoir forcé un peu la main de Simon pour y aller, le sermon était beau et j'ai médité sur une phrase de l'Abbé : "on ne peut pas se lasse d'aimer". J'y pense encore... L'amour est partout, c'est lui qui fait tourner le monde, il nous fait faire des folies, bonnes ou mauvaises mais que serait une vie sans lui?

DSC03608

DSC03610

Aujourd'hui, nous n'avions pas envie de quitter la chaleur de notre foyer. De toute façon, nous avions bien trop de choses à faire. J'ai commencé par le repassage. Dans l'après-midi, j'ai préparé un gâteau pomme/amende pour recevoir mes parents qui devaient venir faire un dernier bisou à Simon avant son départ. Ma mère m'a aidé à finaliser la valise pendant que mon petit homme profitait de son papy. Le soir venu, la nostalgie a fait son apparition. S'il savait comme je prends sur moi pour ne pas lui dire "d'accord, on reste à la maison tous les deux" mais je sais très bien qu'il va s'amuser là-bas, qu'il va faire le fou avec ses copains et qu'il aura aussi le cafard de repartir de là-bas samedi prochain. En attendant, ce petit coquin m'a fait du charme "je peux dormir dans ton lit ce soir, même si je suis un grand maintenant, avant de partir..."

DSC03621

Posté par CindyM à 22:48 - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2017

Madeleine de Proust

Samedi, après avoir fêté l'anniversaire de son cousin l'après-midi, Simon était invité à dormir chez un copain. C'était la première fois et je sais que ça ne sera pas la dernière... Une fois seule à la maison, je me suis surprise à penser à moi, petite fille qui partait jouer chez des copines et parfois même dormir. Je me suis souvenue de cette amie qui habitait dans la même rue et chez qui j'aimais aller. Ses parents étaient professeurs et avaient trois enfants. Fabienne était la petite dernière, comme moi. Son frère et sa soeur étaient bien plus vieux que nous. Leur maison était simple, accueillante et chaleureuse. Quand j'y rentrais, je trouvais toujours sa grand-mère dans la cuisine en train d'éplucher des pommes pour finaliser sa tarte ou en train de préparer le repas du soir avec les légumes du potager. Ca sentait toujours bon. Il y avait un piano dans le salon sur lequel la soeur de Fabienne faisait ses gammes. Le salon, comme les chambres d'ailleurs, étaient remplis de livres. Il y avait des coussins et des couvertures pour s'installer sur le tapis devant la cheminée, afin de regarder la télé confortablement. Je me souviens avoir regardé là-bas Beetlejuice. Ce film me faisait peur et je crois que même aujourd'hui, je n'ai jamais réussi à dire trois fois de suite son nom... La maison était en hauteur par rapport à son jardin. Nous devions passer par la terrasse de derrière, avec une vue imprenable sur les champs et les bois, pour y descendre. Ses parents lui avaient installé une cabane comme celle que beaucoup utilisent pour ranger le matériel de jardin. A l'intérieur était aménagé une vraie petite maison avec toujours des livres et des coussins. Dans le plus grand arbre du jardin, son père avait fabriqué une balançoire. Il y avait aussi un petit muret en pierre et derrière un immense potager bien entretenu. Je me souviens de notre envie d'aller zigzaguer dans ses allées et de visiter les bâtiments tout au fond mais son père était formel, interdiction de franchir le muret. Alors, à la place, nous partions à la recherche d'escargots pour en faire un élevage avant que sa grand-mère nous appelle du haut de la terrasse pour venir manger notre goûter, du pain avec du beurre et un carré ou deux de chocolat... Petite madeleine de Proust... Cette maison est au bout de ma rue et chaque matin, lorsque je pars travailler, je me retrouve face à elle et à chaque fois, je ne me lasse pas de la regarder et d'imaginer comment elle a pu évoluer. Est-ce que le potager est toujours entretenu? Est-ce que la mère de Fabienne cuisine aussi bien que sa grand-mère? Est-ce qu'il y a encore la balançoire dans l'arbre pour les petits-enfants? Peut-être qu'un jour j'aurais l'occasion d'aller vérifier...

DSC03548

Ce matin, je suis partie chercher Simon à pied. Le froid me faisait pleurer mais le soleil m'aidait à l'oublier. J'ai eu envie d'aller dans les chemins avec Pataud mais les coups de fusil incessants m'ont fait changer d'avis. La chasse était encore ouverte et le soleil avait donné l'envie de sortir à d'autres. Ne prenons pas de risques surtout que Simon n'avait pas beaucoup dormi et avait besoin de se reposer. Après avoir fait les devoirs et déjeuné, je me suis mise à pâtisser. Un cake au citron et aux amandes, des scones, des feuilletés aux pommes et aux poires et pour finir une chantilly! Ma mère est passée nous faire un petit coucou et une amie avec sa fille sont également venues pour que les enfants ouvrent leurs cadeaux de Noël. Il était temps!

DSC03554

DSC03549

DSC03567

DSC03570

Lorsque nous nous sommes retrouvés seuls, Simon avait besoin de moi. Son weekend est passé vite et il ne m'a pas beaucoup vu. Nous nous sommes installés dans le canapé et il est venu se blottir dans mes bras. "Je t'ai déjà raconté quand j'allais chez ma copine Fabienne?"...

DSC03572

Posté par CindyM à 22:43 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 janvier 2017

Un temps pour moi

Simon étant chez son père, ce weekend m'était entièrement consacré. Il a commencé par un bain plein de mousse. Après avoir posé un masque sur mon visage, je me suis assoupie, bercée par une douce musique, fatiguée de cette semaine de travail et de froid. Lorsque je me suis réveillée, l'eau était froide. Je suis vite sortie pour enfiler mon peignoir tout chaud. Je suis restée chez moi, je n'ai pas bougé. J'avais besoin de me retrouver seule, de me blottir dans mes couvertures, devant la télé, avec un plateau repas sur les genoux et mon chien jamais bien loin.

DSC03523

Samedi matin, je devais aller courir avec une amie mais la neige s'est mise à tomber. De gros flocons virevoltaient lentement dans le ciel blanc. Pataud était ravi et essayait de les attraper au vol. A la place de faire mon sport, j'ai donc préparé une pâte à pain aux graines de courge, une première! Et pendant qu'elle montait tranquillement, je suis partie en ville avec la ferme intention d'acheter un tapis pour mon salon. Et ce fut chose faite! Je l'ai installé tout de suite en rentrant pendant que mon pain dorait dans le four.

DSC03531

DSC03534

DSC03538

DSC03542

Samedi soir, je suis sortie avec mon amie d'enfance : un petit restaurant entre filles suivi d'un concert dans un pub irlandais. Il y a eu beaucoup de confidences mais aussi beaucoup de rires.

Après une telle soirée, la grasse matinée du dimanche était nécessaire... Mais une fois levée, j'étais pleine d'entrain. Je voulais une maison toute propre et me remettre à jour dans mes lessives et mon repassage avant le retour de Simon. J'ai même préparé un gâteau aux pommes et aux poires sans lui. Je savais qu'il ne m'en voudrait pas et j'avais raison. Quand il est rentré, c'est un petit garçon tout joyeux et heureux de retrouver sa maman, son chien et sa maison : "ça y est! On a un beau tapis dans le salon!" J'ai eu le droit à plein de câlins, de bisous...

Ce weekend, j'ai pensé à moi, j'ai voulu me faire plaisir, me sentir bien et j'ai réussi. Même si mon fils n'était pas avec moi, j'ai réussi...

Posté par CindyM à 21:50 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


08 janvier 2017

Du changement

Ce weekend fut le premier de l'année avec mon fils et il était déjà bien chargé. Samedi, Simon devait aller au catéchisme pendant que moi, je m'affairais à enlever les décorations de Noël. Je n'ai même pas eu assez de temps pour tout faire car nous devions partir chez mes parents à midi pour enfin fêter Noël en famille! Simon était heureux, deux semaines après Noël, il avait encore plein de cadeaux à ouvrir. Notre après-midi se déroula tranquillement à table, à se régaler encore une fois! Le soir venu, en rentrant, j'ai continué mon rangement. Simon, cette fois, m'a beaucoup aidé et je l'ai remercié en lui expliquant que les années précédentes, je faisais cette corvée seule et que cette année, je n'avais pas le cafard à démonter le sapin car il était là. 

DSC03491

DSC03494

DSC03497

Ce matin, je me suis réveillée tôt mais je ne me suis pas levée tout de suite. J'ai d'abord écouté le coq chanter et puis plus rien. Le silence. Pas une voiture, pas même les aboiements d'un chien, pas même les gémissements de Pataud pour me dire de me lever... Je suis restée dans mon lit à profiter de ce silence, de cet arrêt dans le temps. A mon lever, Simon m'a suivi, nous avons bien déjeuné pour prendre des forces car aujourd'hui était prévu le grand ménage! Nous avions décidé de changer les meubles de place. Toute la journée, les poussières ont volé, les balais ont dansé et les rires ont éclaté. Je n'ai pas beaucoup de possibilités pour changer les meubles de place mais nous sommes ravis du résultat! Ravis mais fatigués aussi! Ca nous a pris une grosse partie de la journée donc aujourd'hui, il n'y a pas eu de promenade malgré le rayon de soleil qui nous a nargué quelques temps dans l'après-midi, il n'y a pas eu de gâteau non plus dans notre "nouvelle" cuisine toute propre! Nous reprendrons nos bonnes habitudes une prochaine fois. Nous avions juste envie de nous créer un cocon tout doux, tout chaleureux pour passer l'hiver et ça a quand même pas mal aider Simon à oublier qu'il n'y avait plus de sapin!

DSC02140

DSC03515

DSC03517

DSC03520

En ce moment, Simon est devant Star Wars, tout content de la nouvelle disposition du canapé et de la télé. Quant à moi, après avoir écrit ici, je vais aller donner à manger à Pataud qui commence à se demander si je ne l'ai pas un peu oublié... Je vais aller préparer le repas, les affaires pour demain et le bain de Simon. Mais avant tout ça, je dois absolument vous remercier. Chaque message que vous m'avez laissé sur mon précédent post m'a touché. Je n'ai pas eu le temps de répondre à chacune d'entre vous comme je le fais d'habitude mais sachez que vous m'avez fait un bien fou, vous m'avez fait sourire, vous m'avez ému, des fois même aux larmes alors MERCI! Je ne pensais pas en créant ce blog que j'aurais pu un jour ressentir ce que vous m'avez fait ressentir cette semaine... Vous êtes adorables. Merci.

Posté par CindyM à 19:04 - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 décembre 2016

Des fous-rires et des souvenirs

Toute ma journée de vendredi, je ne pensais qu'à une seule chose au travail : rentrer chez moi et profiter de ces deux jours de weekend à venir. Comme souvent le vendredi, je rentrais chez moi, des provisions plein le coffre. Nous avons entamé notre weekend par un petit apéritif, ce qui consiste juste à boire un verre de soda et grignoter quelques bricoles histoire de fêter la fin du travail et de l'école. Samedi matin, Simon avait déjà envahi le salon de ses playmobils. Il n'aime pas jouer dans sa chambre, seul. J'accepte qu'il descende ses jouets à une seule condition : ranger et remonter tout, dans la chambre, dimanche soir.

DSC03282

Samedi après-midi, nous étions invités chez mes parents pour décorer le sapin de Noël et déguster des crêpes. Une fois le sapin paré de ses guirlandes et boules, il nous en restait quelques unes pour décorer le reste de la maison... Alors derrière le dos de nos parents (qui se doutaient quand même de ce qu'il se passait) ma soeur, les enfants et moi avons investi les lieux jusque dans les toilettes... Des boules et des guirlandes partout et surtout une partie de fous-rires qui restera dans nos mémoires, "ça nous fera de bons souvenirs encore ça maman!"

DSC03291

DSC03296

DSC03304

Nous avons attendu que la nuit tombe et nous nous sommes préparés pour aller affronter le froid dehors. Les enfants devaient envoyer leur lettre au Père-Noël et ce n'était pas d'une façon ordinaire. Mamie leur avait acheté des lanternes volantes. Nous sommes donc partis dans le chemin en face de chez mes parents, en pleine nuit. Une fois les lanternes allumées, il a fallu les lâcher. Celle de Louise est bien partie mais celle de Simon est partie dans les champs. Ma soeur et mon fils sont partis en courant après elle pour la faire monter. Je ris encore en écrivant ces mots et en revoyant ma soeur courir, en criant, à travers champs... Encore un fou-rire à en pleurer. Je ne pouvais même pas leur venir en aide tellement je riais. C'est le Père-Noël qui m'a fait arrêter de rire, nous l'avons vu passer et prendre au passage les lettres des enfants... Vrai de vrai!

DSC03324

DSC03329

DSC03333

DSC03335

DSC03339

Quand nous sommes rentrés à la maison, les enfants et moi sommes partis dans les pièces à l'étage pour continuer notre invasion de décoration, pendant que les autres préparaient l'apéritif. Des rires, encore des rires et des moments inoubliables. A l'approche de Noël, je redeviens une enfant, à moins que je ne sois comme ça tout au long de l'année... Que serait la vie sans un brin de folie?

DSC03345

Ce matin, après le petit-déjeuner, nous nous sommes emmitouflés dans nos gros manteaux, avons mis nos écharpes bien chaudes et enfilé nos bonnets. Nous devions aller décorer la maison à l'extérieur. J'ai vite appelé mon père à la rescousse, problème de prise, pas d'échelle... Heureusement qu'il est là, jamais loin! J'aurais, je pense, réussi mais j'aurais mis le double de temps! Notre maison est toute belle avec ses lumières qui clignotent sur sa façade.

DSC03351

DSC03354

La deuxième bougie de l'Avent est allumée, le poêle aussi. Notre weekend est passé tellement vite... La semaine à venir risque d'être chargée. Le weekend prochain est le dernier sans mon petit homme, avant Noël. Dimanche prochain, Simon soufflera ses huit bougies, je dois penser à finir mes achats de fin d'année, je dois prévoir ce qu'il faut pour un goûter d'anniversaire à l'école... Plus que quelques jours pour finir tout ce que j'ai à finir mais en attendant, je vais profiter de la douceur de notre foyer encore plus chaleureux que d'habitude...

DSC03358

DSC03359

DSC03313

Posté par CindyM à 18:11 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 novembre 2016

Une maison en habit de fête

C'était aujourd'hui la journée idéale pour décorer notre maison pour Noël... En ouvrant les volets ce matin, j'ai été saisie par le froid. J'adore ce temps, ensoleillé et froid. Dehors, les toits et l'herbe sont restés blancs toute la journée tantdis que nous, nous restions bien au chaud à l'intérieur. Enfin... Simon est quand même sorti ce matin pour aller à l'école pendant que je montais le sapin et descendais les cartons qui renfermaient mille trésors de Noël afin de gagner du temps cet après-midi.

Il a d'abord fallu démêler les guirlandes lumineuses et celles de perles pendant que Tino Rossi chantait Noël. Simon est resté bien concentré et ne s'est pas énervé. Après cela, nous nous sommes attelés à la décoration du sapin, ensuite à celle de la maison. Le salon bien sûr mais aussi l'entrée et la cuisine. Simon s'est chargé de décorer les escaliers. Quel plaisir de retrouver toutes ces petites merveilles oubliées! "Tiens maman, je te laisse mettre ces personnages, je sais que tu les aimes bien!"

DSC03226

DSC03233

DSC03237

DSC03238

DSC03245

DSC03249

Nous avons également finalisé la crèche construite par Simon et son papy, il y a quelques jours. "Je peux mettre le clou? Je sais faire, papy m'a montré!" C'était le moment de lui faire confiance et il m'a montré qu'il était capable, comme un petit homme, de planter un clou, sans se blesser, afin d'accrocher l'étoile du berger. Fierté...

DSC03251

DSC03255

Nous avons fini notre après-midi par la confection des mêmes petits sablés que nous avions fait il y a quelques jours. "Ils étaient trop bons maman!" Effectivement, je n'en avais jamais fait d'aussi bons. Simon a de quoi déjeuner pour la semaine encore.

DSC03258

DSC03265

DSC03268

DSC03271

Et nous voilà tous les deux dans le canapé, sans oublier Pataud qui n'est jamais bien loin de nous, à écrire ce message et à admirer notre beau sapin qui clignote. Il faudra encore décorer l'extérieur de la maison ce weekend. Pourvu que le temps se maintienne! Maintenant, il est l'heure du bain. Les volets sont fermés, les vêtements pour demain sont prêts, il ne nous reste plus qu'à profiter de ce dernier jour de novembre et de la chaleur de notre maison si jolie avec ses habits de fête...

DSC03273

Posté par CindyM à 18:42 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 novembre 2016

En attendant Noël

Notre weekend commença par une douce soirée rien que pour nous. Simon avait choisi Mary Poppins pour nous accompagner jusqu'au coucher. Ce film me rappelle mon enfance et particulièrement la période de Noël où il passait régulièrement à la télévision. Cela m'a permis de me mettre doucement dans l'ambiance de Noël, période que j'affectionne particulièrement. Ce n'est pas le 25 décembre qui me fait le plus rêver, c'est toute la période de l'Avent. J'ai l'impression de retomber en enfance, j'ai des souvenirs merveilleux de Noël. J'aime les décorations, les lumières, les films, les musiques. J'aime regarder les gens se presser dans les rues illuminées, les bras chargés de cadeaux. J'aime les journées froides, les marchés si chaleureux, si animés et la sensation du vin chaud qui coule dans la gorge et du verre qui réchauffe les mains à travers les gants. Pour moi, la journée la plus déprimante de l'année est sans aucun doute le 26 décembre.

DSC03134

C'est donc en compagnie de crooners chantant Noël que je me suis préparée samedi matin. Après le catéchisme de Simon, nous sommes partis rejoindre mes parents, ma soeur et ma nièce au restaurant. Ce fut un agéable moment qui se prolongea au bowling. Une partie de rigolade pour tous et une fierté non dissimulée pour mon petit homme qui avait battu tout le monde! Nous avons clôturé notre après-midi par un cinéma. Ma nièce décidait de nous accompagner, Simon et moi, pour notre plus grand plaisir. C'était notre premier cinéma tous les trois! 

DSC03143

DSC03196

DSC03167

DSC03197

Le vent a beaucoup soufflé pendant la nuit. Il a tellement soufflé qu'il a fini par réveiller Simon vers 5 heures. "Maman, j'ai peur, je peux venir dormir avec toi?" Comment refuser? Les bourrasques se sont succédées jusque dans l'après-midi. Impossible de sortir malgré la présence du soleil. Je n'ai même pas pu ouvrir tous mes volets de derrière, le vent était trop puissant. "Mais regarde notre cerisier! Il n'a plus que cinq feuilles, le pauvre!" Nous sommes donc restés au chaud, devant le poêle allumé. Nous avons fait les devoirs de Simon pendant que la machine à laver ronronnait. Nous nous sommes décidés à faire des petits biscuits de Noël à la place de notre gâteau habituel, pour changer un peu. Evidemment, nous avons mis des chansons de circonstance. "On peut mettre plus fort maman?"

DSC03202

DSC03204

DSC03209

DSC03213

DSC03216

Simon ne sera pas chez moi pour le weekend de l'Avent. C'est d'habitude ce weekend là que nous décorons la maison pour Noël. J'ai donc posé un mercredi spécialement pour ça. Encore quelques jours de patience... En attendant, Simon continue de réfléchir à ce qui lui ferait plaisir et entoure des jouets (beaucoup trop de jouets) dans les catalogues. Il a, en plus, deux fois plus à réfléchir dans la mesure où deux semaines avant Noël, il soufflera ses huit bougies. Je vais profiter de ce weekend à venir, sans lui, pour continuer mes achats secrets...

Posté par CindyM à 21:42 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 novembre 2016

La douceur de l'imprévu

Vendredi soir, sur la route, en rentrant du travail, j'essayais d'imaginer ce qu'allait être notre weekend. Mon coffre était plein de courses. Je ne manquerai pas de faire un gâteau pendant ces deux jours. Simon allait pouvoir encore s'extasier devant notre frigo plein. Je ne savais même pas quel temps il allait faire. Je ne savais pas non plus comment j'allais pouvoir occuper Simon. A part son cours de catéchisme samedi matin, nous n'avions rien de prévu, un weekend à cocooner. Alors c'est ce que nous avons fait. Des bougies, des livres, des couvertures, des sourires, des jouets étalés dans le salon, des câlins... Nous avons également fait les devoirs et été à la messe du samedi soir. En rentrant, il était déjà tard, la nuit était tombée. Nous avons préparé un petit apéritif et allumé toutes les bougies du salon. Une journée à ne rien faire qui a quand même fait sombrer Simon dans un profond sommeil. J'ai eu beaucoup de mal à le déloger du canapé. J'ai dû le porter jusqu'à son lit. C'est de plus en plus difficile de le porter mais tant que je peux, j'en profite. Un jour, ça ne sera plus possible...

DSC03030

DSC03033

DSC03039

DSC03041

DSC03049

DSC03051

DSC03052

DSC03057

DSC03062

DSC03065

"Mais c'est le matin du bonheur!" m'a dit Simon lorsque j'ai ouvert les volets. Le ciel était bleu, le soleil brillait et en même temps, il faisait froid. Le temps idéal pour aller se promener dans notre campagne. Après le petit-déjeuner, nous nous sommes emmitouflés et nous sommes partis avec Pataud. L'odeur des cheminées fumantes des maisons nous chatouillait le nez. Une fois arrivés en pleine campagne, le froid nous piquait les doigts mais le soleil nous réchauffait le visage. Il faudra penser la prochaine fois à prendre des gants. Nous avons dû raccourcir le trajet habituel, les nuages gris commençaient à s'amonceler et Simon angoissait d'entendre les coups de fusil des chasseurs au loin. Pour une fois, il restait à mes côtés et me racontait ses histoires, ce qui n'était pas pour me déplaire. 

DSC03074

DSC03077

DSC03080

DSC03082

DSC03085

DSC03072

DSC03087

Sur le chemin du retour, nous avons entendu les cloches de l'église qui annonçaient midi. Pendant que je préparais le repas, Simon finissait ses devoirs. Nous serions tranquille après. Nous avons préparé un gâteau comme à notre habitude. Un dimanche sans l'odeur sucrée du gâteau qui gonfle dans le four ne serait pas un dimanche complet. C'est comme un rituel chez nous, surtout quand le vent souffle dehors. Nous avons bien fait d'aller nous promener dans la matinée, au moins, nous n'avons pas eu de vent. 

DSC03102

DSC03123

DSC03129

Le dimanche soir arrive doucement dans la chaleur de notre maison. Une fois mon message publié ici, je vais fermer mes volets, allumé mes bougies et toutes mes petites lampes, faire couler un bain pour Simon et préparer une soupe de légumes qui camouflera l'odeur du gâteau.

DSC03020

DSC03029

DSC03027

Posté par CindyM à 18:18 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , ,